image_pdfimage_print

Dans les médias internationaux il est question en ce moment du Super typhon Nepartak. Celui-ci arrive en ces heures sur Taiwan et continuerait ensuite sa course en mer de Chine, après avoir déversé des tonnes d’eau. Et on peut espérer que Nepartak ne laissera pas les dommages que ses prédécesseurs ont pu laisser. De notre côté, on peut aussi espérer que Nepartak ne fera pas le virage prévu vers la Corée dans quelques jours.

Au Japon, Nepartak s’appelle bien plus modestement 1601. 16 car nous sommes en 2016. 01 car c’est le premier de cette année.

Le site jma (extraordinaire !)  nous permet d’anticiper son activité sur 3, puis sur 5 jours. Mieux, il nous permet de voir les parcours de tous les typhons depuis 1951.

Mes amis Japonais ont beau me dire qu’il n’en est rien, je ne peux qu’être impressionné par jma qui informe les citoyens japonais sur les prévisions climatiques mais aussi sur les possibilités de désastres naturels avec une intelligence exemplaire. Autrement dit, l’agence jma n’est ni persuadé que le lecteur/auditeur/internet moyen est un demeuré à qui on ne peut rien expliquer, ni croire qu’il suffit de mettre quelques termes de jargon et hop, le même lecteur/auditeur/internet moyen sera forcément impressionné. Non, il y a ici une analyse scientifique accompagnée des clés permettant de comprendre cette analyse.

Et pas question de le baptiser Nepartak qui lui donnerait alors un caractère qu’il n’a pas à avoir. Il faut surtout pouvoir le repérer par rapport au 1602 qui naitra dans le Pacifique Nord dans les prochains jours sans nul doute.