image_pdfimage_print
2016-02-14 09.42.46

Yume Otsurihashi

2016-02-14 10.26.08

Yume Otsurihashi

2016-02-14 12.36.08

Yume Otsurihashi

2016-02-14 09.52.26

Yume Otsurihashi

Jpeg

Yume Otsurihashi

Jpeg

Yume Otsurihashi

2016-02-14 09.56.14

Des comparaisons…

2016-02-14 10.25.38

Une comparaison logique

A côté des montagnes du Kuju, qui sont séparées du volcan Aso par les marais du Tadewara (je ne sais pas si ces noms à évocation tantôt Kipling tantôt Michel Sardou font rêver…) au milieu des fumerolles, on trouve la plus longue et haute passerelle suspendue du monde. C’est le Kokonoe Yume Otsurihashi.

Il faut bien comprendre la catégorie : par passerelle suspendue, on doit penser à un ouvrage accessible uniquement à pied. Y sont donc interdits tous les véhicules à roues. Ce qui n’est d’ailleurs pas tout à fait vrai puisque fauteuils roulants et poussettes sont permis.

Le pont est suspendu et traverse le ravin Kyusui. 150 mètres plus bas, un torrent. Plus haut dans la vallée, trois cascades (deux seulement en hiver) déversent des tonnes d’eau. Celle de droite (O-daki) est dite mâle, celle de gauche (Me-daki) est femelle… Je ne sais pas bien pourquoi, mais cela permet d’apprendre comment on dit cascade en Japonais.

Il faut cinq bonnes minutes pour traverser le pont. En chemin, on croise deux gardes qui surveillent les touristes : le vent glacial qui souffle dans la vallée fait que nous ne les envions pas du tout. Les touristes sont venus en cars : beaucoup de Chinois (ce sont les fêtes du Nouvel An).

Au milieu du pont, un panneau récapitule les différentes mesures. Et de comparer la hauteur du pont à celles d’autres édifices importants. La comparaison la plus importante est bien entendu celle avec Godzilla qui donc n’arriverait pas à atteindre le pont s’il se réveillait dans la vallée.

L’ouvrage est superbe mais ne sert qu’à relier deux paysages tout aussi superbes et inhabités. Comme le dit Sparkuus le youtuber dans son mini film : bravo au comité qui a pourtant pris la décision de le construire !